vendredi 26 juillet 2013

La scène des souvenirs



« L’affaire du rôdeur devint le grand non-dit de l’histoire familiale. »
« Qui es-tu Dorothy ? Qui étais-tu avant de devenir notre mère ? »

Dans l’Angleterre du début des années 60, Laurel, petite fille est l’unique témoin d’un terrible évènement familial qu’elle enfouira au plus profond de sa mémoire jusqu’à ce qu’une photo surgie d’une vielle malle en osier 50 ans plus tard la force à se souvenir, mais surtout à vouloir à tout prix savoir.

Laurel se lance à l’insu de ses sœurs, mais sous la bienveillance de son frère cadet dans une quête impossible sur les traces de cette femme Vivien dont le destin a croisé celui de sa mère Dorothy durant le blitz de la seconde guerre mondiale. Quel peut-être le lien entre cette photo et cette terrible scène à laquelle elle assistât, enfant et que chaque membre de la faille a pris grand soin de camoufler ? Quel est-il ce secret de famille ?

Kate Morton, est décidément une formidable conteuse, et maîtrise à la perfection l’art de distiller au compte-goutte les clés de l’énigme qui va nous occuper durant ces presque 600 pages sans que nous puissions voir venir les choses avant la toute fin du roman. Du grand art !!

Kate Morton construit judicieusement son roman en choisissant, d’une part de poser successivement ses 4 personnages féminins, et, d’autre part en opérant des allers et retours temporels qui reconstruisent pierre après pierre l’édifice familial, menant ainsi son lecteur du bout de son stylo.

Après le jardin des secrets, qui m’avait comblée, j’appréhendais de retrouver l’auteur de peur d’être déçue. Trois ans après, le plaisir est intact. 

Lu en simultané avec Jostein .


La scène des souvenirs, Kate Morton
Presses de la cité, Avril 2013
570 pages






4ème de couverture :

La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend dans le Suffolk, au chevet de sa mère mourante. En feuilletant un album de famille, la comédienne découvre une photographie qu'elle n'avait encore jamais vue. Datée de 1941, celle-ci montre sa mère aux côtés d'une inconnue – une certaine Vivien, comme Laurel ne tarde pas à l'apprendre. Ce prénom, étrangement familier à ses oreilles, la ramène brusquement cinquante ans en arrière, au coeur d'un après-midi d'été étouffant. L'adolescente rêveuse qu'elle était alors avait assisté à un événement tragique qu'elle avait ensuite tout fait pour oublier.
Hantée par ce souvenir, Laurel décide de fouiller dans le passé de sa famille. L'histoire secrète qu'elle exhume la plonge dans Londres, en pleine Seconde Guerre mondiale.
A propos de l’auteur :

A vingt-neuf ans, l'Australienne Kate Morton écrit Les Brumes de Riverton (Presses de la Cité, 2007), qui connaît un succès mondial. Les deux romans qui ont suivi, Le Jardin des secrets (Presses de la Cité, 2009) et Les Heures lointaines (Presses de la Cité, 2011), lui ont permis de confirmer son talent et sa place sur la scène littéraire internationale


Pour l'Australie dans  le challenge d'Alexandra .


La ronde des "gros livres" chez Tête de litote .


5 commentaires:

  1. J'ai adoré Le jardin des secrets, dès que ma pal baisse, je découvre les autres romans de cet auteur et celui-ci me tente bien! Merci pour ton avis :)

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connais pas du tout, je note

    RépondreSupprimer
  3. Bravo pour cette chronique qui ne dévoile rien si ce n'est le mystère de cette enquête et l'art de la construction et promet effectivement une lecture passionnante. Je n'ai plus qu'à noter Le jardin des secrets.

    RépondreSupprimer
  4. J'espère qu'il est à la biblio !

    RépondreSupprimer
  5. Il me tentait beaucoup et ton avis me motive encore plus à l'acheter!!

    RépondreSupprimer