jeudi 16 mai 2013

Mémoire assassine


Thomas Henry Cook n’a pas pour habitude de démarrer ses histoires en trombe. Mémoire assassine ne déroge pas à cette habitude. C’est donc tranquillement que s’installe les choses, et les personnages.
Farris est orphelin depuis l’âge de 7 ans ; il a depuis construit sa vie avec femme et fils, a une bonne situation professionnelle. Mais le drame de son enfance est toujours bien enfoui. Il faudra l’irruption de Rebecca qui enquête pour que la machine à se souvenir se mette en marche au risque de tout déstabiliser.
Au fil des pages, et ce grâce à une construction faite de « flash-back », le rythme s’accélère, le narrateur aiguise de plus en plus la curiosité du lecteur avec le travail minutieux qu’il fait sur sa mémoire, son passé, ses racines, sa famille. Tout vire à l’obsession, au risque de mette en danger sa famille et sa relation conjugale.

Ce roman noir est assez implacable, il ne laisse pas beaucoup de répit au lecteur, même si ce dernier a juste le temps de s’y installer (et qu’il ne se passe finalement pas grand-chose) avant de se laisser embarquer, souvent malgré lui dans une fine analyse psychologique.

Je ne finirai pas mon propos sans un mot concernant ce nouveau format de livre. Cet exemplaire m’a été adressé par l’éditeur, ce n’est  donc pas une acquisition volontaire de ma part dans la mesure où à priori, j’étais assez réservée sur la chose.
A l’usage, il s’avère que le format est  relativement pratique (à ceci près qu’il y a peu de texte sur une page, et que forcément cela augmente la pagination, et oblige à tourner –trop- souvent les pages, et maniable ; léger et trouvant facilement sa place dans un sac à main, ou la poche. Mais, car il y a un mais…. Le problème, c’est le papier bible désagréable à manipuler ; pour tourner les pages il faut systématiquement humecter le doigt pour n’en prendre qu’une à la fois ; et elles sont très fragile car trop fines.
Un nouveau format de livre qui ne me donne donc pas entière satisfaction, et qui ne saurait remplacer mon bon vieux livre traditionnel !!!


Mémoire assassine, Thomas Henry Cook
Editions Points2 (Août 2011)
504 pages

4ème de couverture :

« Mon père a tué ma mère, ma soeur, mon frère, puis il m’a attendu dans la cuisine pour me tuer... »
L’équilibre apparent de la vie de Steve Farris se brise le jour où il rencontre Rebecca qui enquête sur les tueries familiales inexpliquées. Les souvenirs remontent : il n’avait que 7 ans quand il trouva sa mère, sa sœur et son grand frère sauvagement assassinés. Son père avait, lui, disparu. Qu’est-il devenu? Comment accepter l’inacceptable? Et comment échapper à son propre passé?

Digne héritier de Jim Thompson, Thomas H. Cook signe là un roman magistral.

A  propos de l’auteur :
Avec une dizaine de titres parus dans la collection « Série noire » de Gallimard et 25 romans publiés aux Etats-Unis, Thomas H. Cook est l’un des auteurs les plus reconnus de sa génération. Il a reçu l’Edgar Award en 1996 pour The Chatham School Affair (à paraître au Seuil en 2012) et le Barry Award en 2006 pour Les Feuilles mortes (Folio). Il a 63 ans. Mémoire assassine, écrit en 1993, est pour la première fois traduit en France.

Pour le challenge de Liliba

 



1 commentaire:

  1. Je n'adhère pas du tout à ce format ( à cause de mes mains)

    RépondreSupprimer